Chaque année, c'est un réel plaisir de traverser la France pour ce rendez-vous country.

Sur la route, revoir ces paysages caractéristiques comme le Puy de Dôme, ces parcours sinueux en forêt et l'altitude qui se fait sentir à nos oreilles de bretons.

Arrivés sur place, il s'agit tout d'abord de trouver l'endroit où établir notre campement. Essayer d'orienter la caravane-pliante en toile pour obtenir meilleur ensoleillement, préparer les vélos pour les déplacements sur place (pour aller chercher l'eau, par exemple) ou pour descendre à la ville.

C'est presque un rituel.

Cette année, la configuration des lieux avait changée puisque d'importants travaux de terrassement avaient réduit l'espace proche de l'entrée.

Cette année encore le temps nous a réservé des surprises comme en témoignent les photos suivantes :

DSC09885DSC00012DSC00019DSC09983

 

Au bourg, nous avons retrouvé Lilly West avec ce temps bien estival, dans le cadre du festival Off.

DSC09837


  programmme_craponne_2013_image

Point de vue réjouissances, sur ces trois jours, nous avons écouté les prestations des :

- Audie Blaylock, de Lilly West (en Off sur le bourg), de Samm Riggs et des Whiskey & Women, le vendredi,

- tandis que le samedi, il s'agissait de JB & The Moonshine Band, de Mister Jay, des Starliters, de Will Banister et de Stephanie Urbina Jones,

- et le dimanche, de Franck Solivan, de John David Kent, des Pine Leaf Boys, et des Mavericks.

Bref plein les oreilles...

A la suite vous découvrirez certaines interviews.

Je ne donnerai pas de détails concerrnant leur contenu puisqu'elles ont été réalisées lors des conférences de presse quotidiennes avec traduction par un membre de l'organisation du festival.

A vos oreilles...


Audie Blaylock

C'était du bluegrass.

DSC09880

Voici l'interview d'Audie :

DSC09882

DSC09883

DSC09934


Whiskey & Women

Nous n'avions pas pu écouter les Whiskey & Women à Rennes lors de leur passage en automne dans le cadre du festival départemental du Grand Soufflet. Craponne a permis de rattraper le coup ! Je n'ai pas trace de l'interview ou plus exactement il était exécrable et donc inexploitable. Dommage ! J'envisageais de remettre cela les jours suivants mais les circonstances (pluies importantes au moment voulu) ne l'ont pas permis... Et pourtant, deux des trois membres du groupe parlaient français.

DSC09870DSC09872DSC09873

 

DSC09875

 

DSC09889

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai été époustoufflé par la dynamique sur scène, notamment, de Renée l'accordéoniste, comme vous pouvez le constater.

DSC09890

DSC09892

DSC09893

DSC09894

DSC09895

DSC09896

DSC09897

DSC09901

DSC09903

DSC09905

 

 

 

 

 

 

  

 

DSC09918Les voici maintenant lors de la séance de dédicaces.

 

 

 

 

 

 

DSC09920

DSC09931

DSC09932

DSC09933

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  Samm Riggs

Ensuite nous avons rencontré Samm Riggs.

Ici, comme pourWill Banister, nous avons eu à faire avec un jeune espoir de la country. Lors de la conférence de presse, ne se cachait-il pas derrière ses lunettes de soleil ? 

En allant sur son site vous découvrirez qu'il a acquis de la maturité.

A suivre...

DSC09876

DSC09879

DSC09921

DSC09923

DSC09924

DSC09928

 

 

 

 

 

 

 

 

Le voici aux commandes des caisses claires.

DSC09929

DSC09927


Will Banister

Le lendemain, nous découvrions Will Banister.

Une personne de bonne prestence, de grande taille.

Sera-t'il le futur George Straits ?DSC09956

 

DSC09964

 DSC09957

Voici ce qu'il nous dit de son parcours :

DSC09962

 

 

 

 

 

 

 

 

 DSC09989

DSC09990

DSC09996

DSC09998

DSC09999

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


JB & The Moonshine Band

DSC09966

Je ne me suis pas retrouvé avec cet artiste pourtant bien renommé chez lui.

Probablement parce que je suis moins sensible aux groupes qui jouent beaucoup avec les guitares électriques sans autre instrument qu'une guitare acoustique.

Bref, avec une formule très électrique.DSC09969

DSC09972

Là encore l'interview n'a pas pu être exploitée.


Stephanie Urbina Jones

DSC09948

 Accordons-lui la parole :

DSC09949

Une personne qui mérite toute notre attention sur plusieurs tableaux : sans position originale dans la musique texane et son engagement fort.

Lors de son interview elle s'est montrée très communicative et convaincante.

A suivre, à l'avenir.


 Franck Solivan

DSC00007

 SI je n'ai pas beaucoup de matières, c'est que je n'ai pas été en mesure de les suivre dans leur prestation. Conditions météorologiques obligent !

Pourtant, je me régale de bluegrass...

 


John David Kent

DSC00001Pour John, je me risquerais aux mêmes remarques que pour JB.

DSC00013

DSC00014

 


The Mavericks

Les Mavericks, un phénomène.

Figurez-vous qu'ils ont affiché la couleur, cette fin d'après-midi.

Je veux dire par là qu'ils ont focalisés l'attention sur eux. Comment ?

Lors de leur arrivée sur l'espace du festival, en bus, un périmètre de sécurité a été matérialisé, de manière très offensive. Accrédités presse, nous ne pouvions pas nous en approcher.

Alors que l'interview des artistes se fait toujours en préalable à leur prestation, cette fois, l'interview n'était pas acquise. Elle a eu lieu, néanmoins, à l'issue de leur show... pour notre plus grand plaisir.

A eux la parole, maintenant :

 

DSC00020

DSC00021

DSC00025

DSC00028

DSC00032

 

 

DSC00037

DSC00038

DSC00040

Mavericks

The-Mavericks2

 


 Pine Leaf Boys

En fin de soirée de ce dimanche, nous avons eu la prestation des Pine Leaf Boys, de la musique cajun.

DSC00004

DSC00005

DSC00006

DSC00043

DSC00044Un style bien décontracté mais aussi qui nous rappelle que la musique cajun fait partie de la country, contrairement à ce que souvent les States nous laissent à  penser par le statut que les médias lui accordent là-bas. Et puis nous retrouvons nos cousins français sinon francophones.  


Alors quel bilan ?

Comme chaque année, et encore cette fois-ci, le festival a répondu à nos attente : diversité des styles de musique proposés, qualité des artistes, ambiance chaleureuse, dépaysement. C'était un défi à relever puisqu'il devait montrer sa capacité à s'affranchir du départ de Georges Carrier.

Je voudrais aussi attirer votre attention sur les photos portées ci-dessus.

Les visionnant plusieurs fois lors de la mise en page de ce festival, je remarque l'extrême (le mot est peut-être quelque peu excessif, je le concède !) qualité des jeux de lumière qui se manifeste à la tombée de la nuit quand l'obscurité les révèle.

Cette année, le festival a été plusieurs fois perturbé par la pluie et alors l'auditoire a parfois fondu privant le concert du dynamisme communicatif des admirateurs.

Bref, prévoyons toujours les vêtements de pluie et les pantalons de rechange. En effet, j'ai dû acheter dans l'urgence un jean puisque je n'avais pas emmené de pantalon pour le festival. Voyons , Jean PIerre !


Voyons maintenant ce que nous réserve Craponne 2014...

Le progamme en audio. Tendez l'oreille :

craponne 2014

 Alors, on se retrouve là-bas bientôt ?